Répertoire joué en concert

(Les œuvres que j’ai martyrisées)

Ce dossier est né d’un fichier manuel commencé assez tôt pour éviter les redites dans les concerts. Il porte bien entendu la marque d’un déficit certain de grandes œuvres romantiques et symphoniques. Ce fut surtout une question d’opportunité en fonction des orgues sur lesquelles je jouais.

(Les chiffres entre parenthèses indiquent combien de fois les œuvres ont été jouées en concert).

Jean Claude Duval – Mise à jour : 13 Février 2019

retour en haut

Les paroles des Noëls de Louis-Claude Daquin

A tout apprenti organiste francophone, les bons professeurs recommandent d’être attentifs aux textes des chants commentés par l’orgue et de s’en imprégner littérairement et musicalement. Il en est ainsi notamment des messes, hymnes et proses latines des catholiques et des chorals allemands des protestants. On sait que la compréhension des textes musicaux est indispensable à une interprétation conforme à la signification spirituelle des dits textes et à leur conformation musicale.

Curieusement, on fait rarement montre d’une préoccupation semblable pour les Noëls français. Certes, il y a peu de problèmes de vocabulaire, mais les paroles de ces Noëls anciens ne nous sont plus connues aujourd’hui. Et le risque existe de contresens musicaux. On a vite fait par exemple de couper un mot en deux sans s’en rendre compte. Indépendamment de ces aspects techniques, le plaisir est véritable de connaître l’histoire racontée par ces chants dont on connaît l’air, mais pas souvent les paroles. Certains sont des petits bijoux de poésie ou d’humour. Souvent écrits dans des tessitures élevées, ils exigent le recours à une voix suffisamment haute.

Les textes anciens des douze Noëls publiés par Louis Claude Daquin en 1757 et principalement destinés à l’orgue sont particulièrement intéressants.

I. Noël sur les jeux d’anches SANS tremblant.

Texte : La Grand Bible des Noelz… Rigaud Lyon (1550)

II. Noël en dialogue, duo et tierce, sur le cornet de récit,
les tierces du positif et la pédale de flûte.

Texte : La Grand Bible des Noelz … Rigaud Lyon (1550)

III. Noël en musette, en dialogue et en duo.

Texte : La grande Bible des Noels … Oudot Troyes/Paris 1699

IV. Noël en duo, sur les jeux d’anches sans tremblant.

Texte : La Grand Bible des Noelz … Rigaud Lyon (1550)

V. Noël en duo.

Texte : La Grande Bible des Noels … Oudot Troyes/Paris 1699

VI. Noël sur les jeux d’anches sans tremblant et en duo.

Texte : La Grande Bible des Noels … Oudot Troyes/Paris 1699

VII. Noël en trio et en dialogue, le cornet de récit de la
main droite, la tierce du positif de la main gauche.

Texte : La Grande Bible Renouvelée des Noëls anciens … Pigelet Bourges 1858

VIII. Noël étranger sur les jeux d’anches sans tremblant et en duo.

Texte : néant

Je n’ai pas trouvé de paroles anciennes correspondant à la mélodie de ce Noël qui me donne plutôt le sentiment d’être inspiré d’une pastorale italienne. J’observe d’ailleurs que c’est le plus court du recueil de Daquin. N’aurait-on pas tendance à le jouer trop précipitamment ?

IX. Noël sur les flûtes.

Ce Noël se présente en trois parties : tout d’abord, « très tendrement », le « Noël pour l’amour de Marie », ensuite, « gaîment », le Noël « Chantons, je vous prie », enfin la reprise du premier, « très tendrement ».

Texte : La Grande Bible des Noels … Oudot Troyes/Paris 1699

Texte : Le Belle Bible des Noels … Oudot Troyes 1732

X. Noël grand jeu et duo.

Texte : Noels vieux et nouveaux … Bibliothèque municipale de Laval – sans date

XI. Noël en récit en taille sur la tierce du positif, avec la pédale de flûte et en duo.

Texte : La Grande Bible des Noels … Oudot Troyes 1732

XII. Noël suisse, grand jeu et duo.

Texte : Romancero de Champagne Tome IV, 3ème partie, Chants historiques …Reims 1864

Ce Noël pose un problème d’identification. Balbastre et Beauvarlet-Charpentier mentionnent comme titre « Il est un p’tit l’ange ». Les autres auteurs titrent seulement « Noël suisse » comme Daquin ou n’indiquent aucun titre. Quand on suit l’air du Noël à la trace, on découvre que

  • Dès la fin du 18ème siècle, les maçons l’utilisaient : « Pont jour vénérable » ou « Nous ne craignons guère »…
  • Au 19ème siècle, on trouve « L’estrange déluge » chez Saboly,
  • Ainsi que « O Dieu de clémence » dont le texte moderne fut même enregistré au 20ème siècle par les Petits Chanteurs à la Croix de bois.

L’explication du texte « Il est un p’tit l’ange »est historique.

Le 16ème siècle vit introduire dans les armées françaises des suisses et des reîtres. Le texte originel du Noël n’est qu’une plaisanterie contre les soldats étrangers à l’accent rugueux. Dans un recueil de Châlons-sur-Marne, il figure sous le titre « Le Noël des reîtres (1580-1600) ».

Jean Claude Duval – Mise en page lundi 12 mars 2018 et 2 Septembre 2020

retour en haut

Petr Eben (1929 – 2007)

Dans sa grande sagesse, Gilles Cantagrel consacre, avec l’aide précieuse de Susan Landale et de David Eben qu’il remercie chaleureusement, plusieurs pages de la dernière édition de son « Guide de la Musique d’orgue » (Fayard) à cet immense musicien beaucoup trop peu connu et joué en France.

Pourquoi cette impéritie ? Peut-être parce que Petr Eben n’était pas un organiste comme les autres et répondant à nos habitudes hexagonales. Il est réputé pour ses improvisations, mais n’est pas attaché à une tribune. Il joue magnifiquement ses propres œuvres parfois redoutablement difficiles, mais n’interprète que rarement celles des autres. Ceux qui en France se trouveraient dans des situations quasi semblables resteraient un peu marginaux dans les milieux organistiques, même s’ils étaient capables, ce qui n’est pas toujours le cas, de jouer leurs propres œuvres. Alors que nous avons ici un compositeur de toute première classe, et pas seulement dans le monde de l’orgue d’ailleurs.

Que dire après le « Guide de la Musique d’Orgue » qui consacre à Petr Eben une place digne de son immense talent ? Tout a été dit et bien dit.

J’apporte néanmoins ma petite pierre à l’édifice en espérant contribuer à attirer l’attention, de ma modeste tribune, sur un organiste tchèque chez qui tout confine au génie musical et à une inspiration religieuse quasi miraculeuse. Si un seul organiste découvrait grâce à moi Petr Eben, se procurait sa musique et la jouait, mon but serait atteint.

Un lien particulier avec la région où j’habite : le fils de Petr Eben, David Eben, a créé en 1987 la Schola Gregoriana Pragensis, ensemble spécialisé dans la musique du Moyen-âge et a animé régulièrement avec Charles Barbier des stages de chant grégorien organisés à Rânes par Jean Marie Godard. Voir le site www.gregoranes.fr

Biographie

Né à Zamberk (Bohême) le 22 Janvier 1929, Petr Eben se révéla particulièrement doué et précoce. Il jouait du clavier à 6 ans et écrivait sa première oeuvre à 10 ans. Sa famille était très musicienne, il jouait du violoncelle, son père du violon et son frère du piano. Au début de la guerre, il touchait l’orgue de Ceský Krumlov, mais ses pieds n’atteignaient pas le pédalier !
Sa famille pratiquait la religion catholique, mais son père étant d’origine juive, il fut interné à Buchenwald à 14 ans, en 1943. Ces années de camp renforcèrent sa foi et sa maturité. Il raconta souvent se revoir dans la salle de douche, tenant par la main son frère aîné et s’attendant à être gazé. Ce moment marquera tout le reste de sa vie et renforcera sa foi et sa maturité spirituelle.
On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec Messiaen qui subit lui-même des moments semblables et dont la foi et l’appétence pour l’orgue, instrument spirituel par excellence, sous-tendent également l’oeuvre.

Ayant grâce à Dieu survécu à Buchenwald, il reprend des cours du musique et s’inscrit dans la classe de composition de l’Académie de Prague pour en sortir diplômé en 1954. Dès 1955, il enseigne l’histoire de la musique à l’Université Charles de Prague et, refusant de s’inscrire au Parti Communiste et continuant d’aller ouvertement à l’église, y restera jusqu’en 1990. Cette période est musicalement pour lui très féconde. Il réussit d’ailleurs à nouer des liens avec l’étranger : Grande Bretagne, Jérusalem, Vienne, France, Pays-Bas…

La reconnaissance nationale viendra surtout avec la révolution de Velours. En 1989, il obtiendra d’ailleurs la Présidence du Printemps de Prague et recevra en 2002 la médaille du mérite ainsi que d’autres marques d’honneur, et non des moindres.

Malgré une fin de vie amoindrie par un AVC, il continua à composer pour l’orgue ou les chœurs et s’éteignit le
25 Octobre 2007, laissant le monde de l’orgue orphelin mais aussi spirituellement héritier.

ŒUVRES pour orgue seul

Laissez moi vous parler des œuvres que je connais et que je joue en tout ou partie.

La Musique dominicale, qui signifie que c’est une oeuvre de célébration, est une symphonie en 4 mouvements : « Fantasia I », « Fantasia II », « Moto ostinato » et « Finale ». A l’époque, les concerts dans les églises n’étaient que très peu autorisés. Mais Petr Eben éprouvait le besoin d’écrire pour l’orgue, même si sa composition devait dormir dans les tiroirs, ce qui fut loin d’être le cas puisqu’elle devint rapidement sa composition la plus jouée !
La Fantaisie I adapte de manière très concentrée le thème grégorien de l' »Ite, Missa est ». La Fantaisie II exploite deux thèmes qui ressemblent à du plain-chant.
Le Moto Ostinato se distingue par un rythme marqué tout au long du mouvement. Il évoque les guerres et les luttes qui parcourent l’humanité. Un nouveau thème, écrit sur le même rythme, est énoncé alternativement au dessus et au pédalier.
Le Final adopte la forme Sonate et appelle les hommes à lutter ensemble pour le bien de l’humanité. Il cite pianissimo le thème du Kyrie et, à la fin, en chant de victoire, le Salve Regina.

La Petite Partita sur le choral « O Jesu, all mein Leben » est une oeuvre plus abordable, telle que lui en réclamaient des organistes : Thema, Agitato molto, Poco moderato, Allegretto, Risoluto et Allegro.

Les Versetti avaient été conçus à l’origine pour servir d’interludes d’orgue à la Missa cum populo de Petr Eben. Mais l’auteur les édita séparément pour être utilisés à l’Offertoire (le 1er sur le thème du Pueri Habraeorum) et à la Communion (le 2nd sur le thème de l’Adoro Te).

Les Quatre Danses Bibliques venant après le cycle de Job sont écrites dans un caractère moins sévère sur des Danses sacrées inspirées par la Bible. On y trouve 1°) la Danse de David devant l’Arche d’Alliance, 2°) la Danse de la Sulamite, belle mariée du chant nuptial du Roi Salomon, 3°) la Danse de la Fille de Jephté qui se lamente sur sa mort imminente, 4°) les Noces de Cana, où Petr Eben « ne peut pas imaginer qu’avec tant de bon vin personne ne se soit mis à danser ».

Le Livre de Job constitue pour moi l’un des chefs d’oeuvre majeurs de la musique d’orgue de la fin du 20ème siècle.
Après son cycle de Faust où ce dernier compte sur sa force humaine et échoue, Petr Eben s’est senti obligé d’en venir au cas de Job qui accepte humblement ses malheurs et finit par triompher.

Le Livre de Job l’intéressait à trois égards. C’était en son temps une révolution sociale et théologique : le malheur n’est pas une punition de Dieu. C’est la clef pour triompher d’une mise à l’épreuve de la foi. C’est la réponse très actuelle au problème du mal.
Ce Livre démontre l’inanité de l’affliction personnelle et révèle Dieu demandant à Job d’accepter ses souffrances et l’aidant à les surmonter.

Huit mouvements expriment chacun un thème fondé sur une citation du Livre de Job qui peut être lue, mais ce n’est pas obligatoire, avant chaque mouvement.
1) Destiny (destinée) : Satan dit à Dieu de dépouiller Job, et celui-ci le maudira en face.
2) Faith (foi) : Job chante humblement les louanges du Seigneur, mais il est maintes fois interrompu par les coups du sort qui s’abattent sur lui et sa famille.
3) Acceptance of suffering (acceptation de la souffrance) : Passée sa récrimination, Job exprime paisiblement sa confiance en Dieu sur les accents du choral « Wer nur den lieben Gott ».
4) Longing for death (aspiration à la mort) : Une passacaille évoque les malheurs de Job en un crescendo qui se dissout subitement dans une variation « pp » où il se retrouve écrasé à terre.
5) Despair and resignation (désespoir et résignation) : Les reproches croissants de Job désespéré se muent en un plaintif chant de soumission.
6) Mystery of Creation (mystère de la création) : Après de mystérieux accords « pp », Dieu brosse à Job l’apologue vivace de la Création avant que le mouvement ne s’achève paisiblement.
7) Pénitence and Realisation (pénitence et prise de conscience) : Après un chant de pénitence qui répète les doutes de Job, sa compréhension perce à travers le chant « p » du Veni Creator.
8) God’s Reward (récompense de Dieu) : Écoutons Petr Eben : « Le final est un corpus de variations de type choral sur une mélodie des Frères Bohêmes « Christ, parangon d’humilité », car Christ est vraiment, jusqu’à la fin, la personnification de la victime innocente ».

ŒUVRES pour orgue et voix ou instrument(s)

Discographie

L’intégrale de l’oeuvre d’orgue de Petr Eben a été enregistrée par Halgeir Schiager sur les orgues de la Hedvig Eleonora Kyrkan de Stockholm et de la Cathédrale d’Oslo. Elle est éditée par les disques Hyperion : http://www.hyperion-records.co.uk/c.asp?c=C1122&vw=dc

Des enregistrements d’œuvres d’orgue de Petr Eben se trouvent aussi sur le précieux site de France Orgue : http://www.franceorgue.fr/disque/index.php?zpg=dsq.fra.rch&org=&tit=&oeu=%22P.+EBEN%22&ins=&cdo=1&dvo=1&vno=1&cmd=Rechercher&edi=&nrow=0

Toutes les compositions de Petr Eben figurent certainement sur le site très complet du mouvement Janá ek : http://mouvementjanacek.free.fr/notice_compositeur.php?id=17

Vidéographie

J’aurais voulu sélectionner les vidéos les plus intéressantes des oeuvres pour orgue de Petr Eben. Mais en cherchant sur Youtube « Petr Eben organ », j’ai obtenu 1180 résultats dont beaucoup au demeurant ne semblaient pas correspondre vraiment à ma demande. Je ne puis donc que conseiller à chacun de faire lui-même sa propre sélection en saisissant très exactement le nom du compositeur et le titre de l’oeuvre qu’il recherche
(C’est la raison pour laquelle j’ai indiqué dans les pages précédentes les appellations originales des différentes pièces).

Merci de l’intérêt que vous avez porté à Petr Eben. Il le méritait grandement.

Jean Claude Duval – 26 Mai 2013 et revu 2 Septembre 2020

retour en haut

Extraits d’enregistrement de concerts

Tous les extraits de concerts qui suivent ont été enregistrés EN LIVE à Sainte-Madeleine de Bagnoles de l’Orne par le non-technicien que je suis. Ceci explique les imperfections existantes : bruits parasites (toux, portes, chaises…), erreurs de manipulation, transferts en MP3, etc…

J’ai volontairement écarté les compositeurs pour lesquels il aurait fallu payer des droits d’auteur. (C’est la raison pour laquelle on m’entendra moins ces dernières années. Voulant varier les programmes, j’ai joué beaucoup plus de modernes et de contemporains).

POUR TOUTES CES RAISONS JE REMERCIE LES INTERPRÈTES D’AVOIR ACCEPTE, QUE GRACE A EUX, CEUX QUI S’INTÉRESSENT A L’ORGUE PUISSENT SAVOIR CE QUI SE FAIT A SAINTE MADELEINE

On trouvera par ailleurs des concerts enregistrés en d’autres églises par G. Trouvé, M. Trique ou votre serviteur.

2019 10 06 Gaëlle Coulon orgue et Michèle Vandenbroucque hautbois :
Sonate en ré min BWV 527 de J. S. Bach : Andante et Adagio
2019 10 06 Gaëlle Coulon orgue et Michèle Vandenbroucque hautbois :
Fantaisie en écho de J. P. Sweelinck
2019 08 07 Olivier Thuault orgue : Prélude en mi min de N. Bruhns
2019 07 24 Emmanuel Hocdé orgue : Sonate n° 3 en la maj de F. Mendelssohn
2019 07 24 Emmanuel Hocdé orgue : Prélude et fugue en ré maj de J. S. Bach
2019 07 10 Marie-Hélène Geispieler orgue : Toccata en la min de M. Reger
2019 07 10 Marie-Hélène Geispieler orgue : Fantasia a gusto italiano de J. L. Krebs
2019 06 10 Michel Garouis orgue : Variations sur le psaume 24 de A. van Noordt
2019 06 10 Jean Claude Duval orgue et Michel Garouis chant :
Ave maris stella de N. de Grigny
2018 10 07 Alain Bouvet orgue : Canon en écho de G. Scronx
2018 09 16 Marie Flore Outin orgue : Prélude en sol mineur de G. Pierné
2018 09 16 Marie Flore Outin orgue et Marie Aimée Flipo soprano :
Aria de la cantate 208 de J. S. Bach
2018 08 01 François Mazouer orgue : Pièce en sol BWV 572 de J. S. Bach
2018 07 18 Emmanuel Hocdé orgue: Prélude et fugue en mi mineur BWV 548 de J. S. Bach
2018 07 18 Emmanuel Hocdé orgue: Choral Allein Gott BWV 664 de J. S. Bach
2018 06 24 Olivier Thuault orgue : Prélude en sol Majeur de N. Bruhns
2018 06 24 Olivier Thuault orgue : Prélude en ré min de Buxtehude
2018 05 13 Jean Claude Duval orgue : Magnificat du 2ème ton de J. A. Guilain

2016 10 04 – David Shippey orgue : Voluntary en sol min de J. Stanley
2016 09 10 Jean Claude Duval orgue : Prière du soir de G. B. Nevin
2016 09 10 Jean Claude Duval orgue : Pavane et gaillarde de C. Gervaise
2016 09 10 Jean Claude Duval orgue : Ungarescha e saltarello de J. Paix
2016 01 05 Olivier Thuault orgue : Prélude et fugue en mi min de N. Bruhns
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue, Marie Aimée Flipo soprano :
Panis angelicus de C. Franck
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue : Choral O homme de J. S. Bach
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue, Marie Aimée Flipo soprano : Ave Maria de C. Gounod
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue : Choral Pare toi chère âme de J. S. Bach
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue, Marie Aimée Flipo soprano : Pie Jesu de G. Fauré
2015 09 20 Marie Flore Outin orgue, Marie Aimée Flipo soprano : Ave Maria de Caccini
2015 08 26 Jean Pierre Maudet orgue : Concerto en si min de Vivaldi / Walther
2015 08 26 Jean Pierre Maudet orgue : Fugue en sol min de Marcello
2015 08 26 Jean Pierre Maudet orgue : Choral Wer nur de Homilius
2015 08 12 Emmanuel Hocdé orgue : Fuga alla gigue de Bach
2015 08 12 Emmanuel Hocdé orgue : Andantino voix humaine de Boëly
2015 08 12 Emmanuel Hocdé orgue : Allegro en fa min de Boëly
2015 07 29 Jean Claude Duval orgue : Adagio en ut de Mozart
2015 07 15 François Moreau orgue : Prélude en ré maj de Buxtehude
2015 07 15 François Moreau orgue : Choral Wie schön de Buxtehude
2015 07 15 François Moreau orgue : Petite fugue en ut de Buxtehude
2015 05 25 Jean Marie Godard baryton, Marina Mineau soprano :
Christus vincit grégorien
2015 05 25 Jean Marie Godard baryton, Jean Claude Duval orgue :
La paix tant désirée de Raison.
2015 04 06 Olivier Thuault : Pièce d’orgue de Calvière.
2015 04 06 Olivier Thuault : Prélude en sol min de Bruhns
2015 04 06 Olivier Thuault : Symphonie La Béatitude de Piroye
2014 10 19 Francois Moreau : Extraits de la Suite du 1er ton de Clérambault
(Grand plein jeu, Duo, Basse et dessus de trompette et de cornet,
Récits de cornet et de cromorne, Dialogue sur les Grands jeux)
2014 10 19 Michel Garouis: Choral O Koenig de Krebs
2014 09 28 Marie Aimée Flipo avec Marie Flore Outin : Air du Messie de Handel
2014 09 28 Marie Aimée Flipo avec Marie Flore Outin : Domine Deus de Vivaldi
2014 08 27 David Cassan avec Jean Marie Godard : Suite improvisée alla Grigny
sur Jesu dulcis memoria
2014 08 13 Frantisek Vanicek : Concerto en ré mineur Marcello Bach
2014 08 13 Frantisek Vanicek : Prélude en mi mineur de Bruhns
2014 07 16 Emmanuel Hocdé : Sonate n°6 sur Vater unser de Mendelssohn
2014 07 16 Emmanuel Hocdé : Prélude et fugue en sol mineur de Brahms
2014 06 09 Jean Marie Godard et Marina Mineau : Veni Sancte Spiritus à 2 voix
2014 06 09 Jean Claude Duval : Cold Song de Purcell
2014 05 25 Alain Bouvet : Petite fugue en sol mineur de Bach
2014 05 25 Alain Bouvet : Choral Bien aimé Jésus de Bach
2014 05 08 Mickael Durand et Gaëlle Coulon : Ouverture en fa de Water Music de Handel
2014 04 27 Carol et David Shippey : Let the bright seraphim de Handel
2013 10 13 Liesbeth Schlumberger : Extraits du Livre d’orgue de Marchand
(Plein jeu, Quatuor, Basse de Trompette, Tierce en taille et Dialogue)
2013 08 28 Olivier Thuault : Toccata et Fugue en ré min de Bach
2013 08 28 Olivier Thuault : Tiento por A la mi re de Cabanilles
2013 08 28 Olivier Thuault : Toccata, Adagio et Fugue en ut maj de Bach
2013 08 15 Jean Marie Godard et Marina Mineau (contrechant) : Veneremur virginem
2013 07 17 Fern Nevjinsky : Choral Wir danken dir de Buxtehude
2013 07 17 Fern Nevjinsky : Choral Christ lag BWV 718 de Bach
2013 05 20 François Moreau : Cancion de los pajaritos Anonyme
(avec un « rossignol » enregistré)
2013 05 20 François Moreau : Canzon sopra I le bel e bon de Cavazzoni
2012 10 21 François Moreau : Choral Viens Sauveur des païens de Bach
2012 10 21 François Moreau : Choral du veilleur de Bach
2012 09 23 Sandrine Petitjean et Jean Claude Duval :
Fantaisie K 594 a 4 mains de Mozart
2012 08 01 Marina Mineau et Jean Claude Duval : Salve Regina de Handel
2012 07 18 Gabrielle Tessier : Prélude Fugue et Chaconne de Buxtehude
2012 07 18 Gabrielle Tessier : Choral Vater unser de Böhm
2012 06 13 Alain Bouvet : 3 Danses de la Renaissance
2012 06 13 Alain Bouvet : Toccata dorienne de Bach
2011 10 09 Liesbeth Schlumberger et Claudia Bonnet (flûte à bec) :
Sonate VI en sol min de Vivaldi
2011 06 13 Jean Claude Duval avec Jean Marie Godard : Hymne Veni Creator de Grigny
2010 09 19 Jean Claude Duval : Choral Jésus que ma joie demeure de Bach
2010 05 13 Jean Claude Duval avec Jean Marie Godard et Marina Mineau :
Hymne Exhibe festas et Versets d’orgue de Nivers
2010 04 25 Sir Nicholas Jackson : Battala imperiale Anonyme
2009 10 18 François Moreau : Concerto n° 2 en si b de Handel
2009 07 26 Jean Marie Godard – Jean Claude Duval : Kyrie Fons bonitatis –
Choral Komm Gott heiliger Geist de Bach
2009 04 13 Jean Claude Duval : Fughetta Choral des 10 commandements de Bach
2008 10 19 François Moreau : Dialogue improvisé à 4 choeurs
2008 10 19 Marie Flore Outin : Choral Où dois-je m’enfuir de Bach
2008 06 29 Michel Trique : Prélude et fugue en si mineur de Bach
2008 06 29 Michel Trique : Choral Allein Gott de Bach
2007 09 30 Liesbeth Schlumberger : Offertoire pour le jour de Pâques de Boëly
2006 10 15 Michel Garouis avec le Père Joseph Courteille : Magnificat du 4° ton de Guilain
2006 10 15 Michel Garouis et Jean Claude Duval : Fantaisie K 608 à 4 mains de Mozart

2006 10 01 Liesbeth Schlumberger : Concerto en la min de Vivaldi/Bach
2006 10 01 Liesbeth Schlumberger : Choral Schmucke dich de Bach
2006 06 25 Jean Claude Duval avec Michel Garouis :
Agnus Dei Messe des paroisses de F. Couperin
2005 10 16 Marie Flore Outin : Sinfonia cantate 29 de Bach
2004 09 24 Francine Guiberteau : Choral von Gott de Krebs
2004 06 20 Jean Claude Duval avec André Naulleau et le Père Joseph Courteille :
Noël Quand Dieu naquit de Balbastre
2003 06 01 Guy Robineau : La Romanesca de Valente
2003 04 25 Francine Guiberteau, Françoise Marzorati (flûte) et Brigitte Geisz (violoncelle) : Sonate à 3 de Bodin de Boismontier
2001 08 08 Jean Claude Duval : Prélude et Fugue en ut maj BWV 547 de Bach
2001 06 10 Georges Trouvé : Improvisation libre
2001 06 10 Jean Claude Duval : Livre d’orgue dans la tradition classique française
de Michel Trique
2001 05 24 Georges Trouvé : Toccata de Gigout
2001 05 24 Georges Trouvé : Choral Extrême détresse de Bach
1996 07 17 Jean Claude Duval : Fantaisie en la min de Richter
1996 07 17 Georges Trouvé avec le Père Yves Petit : Improvisation sur Ave Maris Stella
1996 05 05 Jean Claude Duval : Prélude Largo et Fugue en ut maj BWV 545 de Bach
retour en haut

Le répertoire baroque français du 20ème siècle

Article publié dans le N° 55/4 (2003) de « La Tribune de l’Orgue »

Musique d’Aujourd’hui Pour l’orgue baroque et classique français

Lors de ses pérégrinations à travers le monde, Monsieur Phileas Fogg (alias qui chacun sait) n’a peutêtre pas eu le bonheur de s’arrêter à Bagnoles de l’Orne, charmante petite station thermale et touristique de la Normandie profonde. Elle a cependant tout pour plaire : un casino, un lac, des thés dansants, des cures de jouvence, un site pittoresque, une vaste forêt…. Mais surtout, pour les organistes sérieux que nous sommes, son église Sainte Madeleine est dotée d’un orgue superbe dont l’origine remonte à 1856, avec sans doute récupération de tuyaux plus anciens, mais qui fut totalement repensé par Jean François Dupont en 1996, grâce à l’aide du Conseil Général et de la Municipalité, dans le sens d’une « esthétique orientée vers l’orgue classique français ». Cet instrument compte 24 jeux répartis sur deux claviers ½ et un pédalier standard actuel, avec mécanique suspendue, accouplements à tiroirs et un tempérament très légèrement inégal.

L’heureux titulaire de cet instrument y joue avec délices tout ce qu’il peut de la littérature baroque et classique. Des œuvres des 19ème et 20ème siècles, judicieusement choisies, peuvent également y être interprétées. Mais en poussant un peu plus loin ses recherches, il s’est aperçu qu’aux 20ème et 21ème siècles, plus de compositeurs qu’on ne pourrait a priori le supposer avaient spécifiquement écrit pour des orgues d’esthétique baroque et classique française et qu’ils méritaient d’être plus reconnus et remerciés. Il nous fait partager le résultat de ses recherches.

Il faudrait faire de même sans doute pour les styles baroques et classiques allemand (l’hommage à Buxtehude de P. Eben…), espagnol (les tangos ecclesiasticos de G. Bovet…), anglais, italien…Ce seraient d’autres recherches et un autre article.

1938 – Un précurseur français : Charles TOURNEMIRE

De 1898 à 1910, Alexandre Guilmant et André Pirro avaient publié les œuvres complètes d’une dizaine de Maîtres anciens français de l’orgue. En 1934, Eugène Borel publiera son célèbre ouvrage sur l’interprétation de la musique française de Lully à la Révolution. Charles Tournemire (1870 – 1939) s’intéressait à la musique ancienne ; il jouait et faisait jouer Frescobaldi, Grigny, Buxtehude, Bach…. En 1933, il avait orienté la restauration de son orgue de Sainte Clotilde à Paris vers une esthétique plus classique. En 1938, un an avant sa mort, il publie chez Bornemann une « Suite évocatrice » qu’il dédie « à son cher ami et confrère » Paul Brunold, titulaire de l’orgue de Saint Gervais à Paris, l’orgue des Couperin. Cinq pièces composent cette suite

  • Un « grave » qui mélange les fonds de 8 du GO et le cornet décomposé du positif,
  • Une « tierce en taille » qui s’enchaîne avec un « récit de cromorne »,
  • Une « flûte d’écho »,
  • Un « jeu doux et voix humaine » (en fait un dialogue sur la voix humaine),
  • Un « caprice » d’abord sur les pleins jeux, puis en récit de cornet et enfin sur les fonds, les pleins jeux et les anches du GO, du positif et de la pédale.

Les puristes critiqueront les registrations pas toujours orthodoxes, mais l’évocation du monde classique est bien là, séduisante par son élégance, sa poésie et son originalité.

1962 – Une grande dame française : Marie Louise GIROD

Quoi qu’en dise son immense modestie, Madame Marie Louise Girod n’a pas seulement initié dans sa jeunesse un certain Pierre Cochereau au monde de l’orgue et formé d’autres élèves prestigieux ; elle a aussi écrit nombre d’œuvres pour orgue remarquables, malheureusement trop peu jouées en France.

En 1962, elle compose pour le nouvel orgue de l’Oratoire du Louvre dont elle est titulaire une « Suite sur le psaume 23 : l’Éternel est mon berger » (mélodie de Loys Bourgeois et paroles de Clément Marot) qui sera publiée aux éditions de la Schola Cantorum.

Comme elle l’indique dans son introduction, cette suite emprunte « les titres et la forme du livre d’orgue en honneur en France aux 17ème et 18ème siècles » :

  • « plein jeu » avec exposition initiale du thème à la trompette du positif,
  • « duo » en canon sur des petits jeux,
  • « récit de tierce » alternant sur une basse obstinée le jeu de tierce du positif et le cornet du GO,
  • « basse et dessus de trompette »,
  • « trio » en canon sur le cromorne et le clairon, avec contrechant sur le bourdon,
  • « grand jeu », d’abord sur les pleins jeux, puis avec les anches de pédale et enfin avec les anches manuelles.

Du grand art, qui parle tout de suite à l’âme et au cœur.

1973 – Un baroqueux français malicieux : Jean LANGLAIS

On ne présente plus Jean Langlais (1907-1991), l’un des plus grands compositeurs pour orgue du 20ème siècle, qui succéda d’ailleurs à Charles Tournemire à la tribune de Sainte Clotilde à Paris. A la différence de ce dernier, le retour au baroquisme ne lui plaisait pas vraiment ; il y voyait une régression et en fustigeait les puristes.

Mais, invité à donner un concert sur l’orgue Silbermann du temple Saint Jean de Mulhouse, il conçut pour cet instrument une « Suite baroque » qui sera publiée en 1973 chez Philippo/Combre. On ne peut pas dire que toutes les registrations soient du pur Dom Bedos. Mais, si l’inégalité du tempérament le permettait, l’œuvre serait intégralement jouable sur un orgue historique du 17ème siècle, y compris avec petit pédalier à la française.

Sept pièces composent cette suite :

  • « plein jeu » avec alternance entre le grand et le petit plein jeu,
  • « trémolo en taille » sur le cromorne du positif avec le tremblant,
  • « dialogue » entre le cornet du récit et la trompette du GO,
  • « flûtes » en écho,
  • « dialogues entre le hautbois, le bourdon et le nazard »,
  • « voix humaine » en dialogue traditionnel, mais avec 16 pieds à la pédale,
  • « grand jeu » comme au 17ème siècle, mais avec les fonds, y compris de 16 pieds, aux claviers manuels et à la pédale.

Marie Louise Jacquet ne pouvait mieux écrire :

« Comme un Grigny ou un du Mage, mais avec quelques clins d’œil malicieux, Jean Langlais bâtit une suite classique tout en gardant son langage propre ».

1981 – Un innovateur suédois : Bengt HAMBRAEUS

Tous les compositeurs sont par définition des créateurs. Mais le qualificatif d’innovateur s’applique de façon évidente à Bengt Hambreus (1928 – 2000), musicologue suédois devenu professeur à l’Université McGill de Montréal et titulaire d’un grand orgue pastiche de Dom Bedos.

Son « Livre d’orgue » publié en 1981 chez Ostiguy tend à prouver qu’un orgue de type classique peut stimuler la création contemporaine.

L’auteur écrit dans sa préface que « l’orgue à transmission mécanique qui, à l’instar de celui de Dom Bédos, présente une composition riche en jeux de mixtures et de mutations, apparaît plus apte encore que les instruments faisant appel aux systèmes pneumatique, électrique ou même ceux commandés par ordinateur, à la recherche multiforme de sonorités nouvelles .

Il cite par exemple la « microtonalité aléatoire » que l’on peut obtenir en tirant à demi les registres ou la diminution de l’alimentation en air de la tuyauterie lorsqu’une pression moindre est exercée sur la touche.

La plupart des 50 pièces constituant les quatre volumes de l’œuvre évoquent la manière française ancienne :

Grand jeu, plein jeu, trio, duo,

Récit de cornet, récit de voix humaine, récit de nazard,

Cromorne en taille, tierce en taille,

Basse de cromorne, basse et dessus de trompette…


D’autres traduisent des inspirations différentes :

Agilité, alternances, transition, vibrations,

Répercussions, timbres irisés, statifications, etc.

Le langage est toujours résolument contemporain, voire d’avant-garde :

  • On y trouve des clusters,
  • Il faut parfois réduire graduellement la pression de l’air en coupant ou en
    poussant très lentement les registres,
  • Dans d’autres cas, les registres ne sont tirés qu’à moitié pour produire une
    sonorité presque sifflante,
  • Ou bien il faut tirer la tierce et pousser le nazard très lentement pour produire des microtons glissants, etc.

Le recours à un assistant est parfois nécessaire, mais l’édition, bien que d’écriture manuscrite, est parfaitement lisible.

1986 – Un créateur français : Xavier DARASSE

Xavier Darasse (1934-1992), organiste Toulousain, militant bien connu de la cause de l’orgue et lui aussi pionnier de la musique contemporaine, assurait avoir écrit en 1986 un « Organum VI » comprenant six petites pièces faciles pour orgue classique :

  • grand jeu avec récitatif,
  • plein jeu (avec tierce),
  • jeu de tierce,
  • récitatif avec échos,
  • prélude non mesuré,
  • toccata sur les jeux d’anches.

Malheureusement, cette œuvre semble introuvable, en tout cas pour le grand public. Dieu veuille qu’elle ne soit pas perdue. Un appel est lancé à ceux qui pourraient la posséder ou la retrouver et la faire publier. Tous les organistes leur en seraient infiniment reconnaissants.

1986- – Un norvégien perspicace : Jon LAUKVIK

Jon Laukvik, jeune compositeur norvégien de talent, est le premier, semble-t-il, à remarquer les parallèles frappants existant entre le baroque et le blues (ou le jazz), ces deux mondes pourtant si éloignés l’un de l’autre : inégalité des notes, harmonies singulières, pulsations de la basse, enjolivures ornementales, par exemple.

Sa « Suite » publiée en 1986 chez Norsk Musikforlag combine les formes et les sonorités de l’orgue baroque français avec des éléments tirés du jazz et du blues. Elle comporte 5 pièces :

  • « plein jeu » (continu),
  • « fugue » à 5 (alla Grigny),
  • « duo » sur le cornet et le grand jeu de tierce,
  • « récit »,
  • « grand jeu ».

Certains crieront peut-être au scandale au nom de la déférence due aux lieux saints; d’autres peuvent apprécier au nom de la coexistence, voire du rapprochement des cultures, et tout simplement de l’universalité de la musique et du « Beau ».

1987 – Un fin « pasticheur » français : François SABATIER

Monsieur François Sabatier, musicologue averti, éminent défenseur de l’orgue, pilier de la principale revue française sur « L’Orgue », publie en 1987 aux éditions Combre un « Premier livre d’orgue » consistant en deux suites françaises à la manière des organistes du grand siècle. Il l’annonce d’emblée et avec la plus grande simplicité : c’est un pastiche et une gageure. Il faut bien élargir le répertoire des titulaires d’instruments historiques. Mais ce qu’il ne dit pas, c’est que c’est un pastiche de talent qui vaudra toujours mieux que des improvisations médiocres.

La suite du 1er ton comprend six pièces : prélude, duo, trio, basse de trompette, récit de tierce en taille et dialogue à 3 chœurs. Celle du 2ème ton en compte sept : prélude à 2 chœurs, fugue, duo, trio, basse de trompette et dessus de cornet, concert pour les flûtes et dialogue sur les grands jeux. Beaucoup de compositeurs des 17ème et 18ème siècles se sont arrêtés à un unique « premier » livre d’orgue. Monsieur Sabatier s’arrêtera-t-il lui aussi en chemin ?

1990 – Un compositeur français raffiné : Joseph REVEYRON

En 1990, Joseph Reveyron, successeur d’Edouard Commette à la Primatiale Saint Jean de Lyon, publie aus éditions Universal 5 « Versets pour un orgue ancien » composés en 1956. Ce n’est plus un pastiche. Comme l’écrit Thomas Daniel Schlee, son éditeur, ces versets « empruntent le ton et la démarche des maîtres des 17ème et 18ème siècles sans s’assujettir à une imitation servile. La liberté thématique est entière….. Ces pièces sont avant tout un salut respectueux aux merveilleux musiciens d’autrefois » :

  • « basse de trompette »,
  • « duo sur le chromhorne et le cornet »,
  • « plein jeu et bourdon de 16 pieds »,
  • « récit de tierce »,
  • « grand jeu en taille et dialogue ».

1994 – Un grand improvisateur français : Pierre COCHEREAU

Artiste dans l’âme, virtuose et interprète de grande classe, prestigieux titulaire de Notre Dame de Paris, Pierre Cochereau (1924 – 1984) fut mondialement reconnu comme l’un des plus grands improvisateurs de notre temps. Certaines de ses improvisations, enregistrées sur disque avec les risques que cela comporte, ont été reconstituées par ses admirateurs.

On peut remercier Madame Jeanne Joulain de s’être astreinte à retranscrire « Neuf pièces improvisées en forme de suite française » gravées dans la cire en 1977 et publiées aux éditions Chantraine en 1994. Successivement :

  • « Kyrie » (plein jeu avec pédale de trompette),
  • « petit plein jeu »,
  • « offertoire » (sur les grands jeux),
  • « tierce en taille »,
  • « voix humaine »,
  • « cromorne en taille »,
  • « flûtes »,
  • « basse et dessus de trompette »,
  • « grand plein jeu » (avec pédale de trompette).

1996 – Un célèbre maître suisse : Lionel ROGG

Concertiste international, compositeur consacré, pédagogue averti, l’organiste suisse Lionel Rogg publie en 1996 aux éditions Lemoine un « Livre d’orgue : Suite pour l’orgue français », œuvre dédiée à Jean Boyer et ne présentant pas de difficultés majeures, dans lequel il veut à la fois « rendre hommage à la beauté et à la richesse de timbres de l’orgue classique français » et proposer des pièces relativement faciles à jouer tant au culte qu’au concert :

  • « plain chant en taille » (majestueux),
  • « duo » en canon sur les tierces (vif),
  • « trio » sur le nazard et la voix humaine (délicatement),
  • « récit en taille » de tierce ou de cromorne (grave),
  • « fugue sur les jeux d’anches » (hardiment),
  • « récit de nazard » (modéré, librement),
  • « grand jeu » où l’on peut à la fin ajouter les fournitures et les chamades.

1998 – Un Noëliste suisse distingué : François DELOR

Ces Helvètes vont finir par devenir agaçants. Au moment où les Français composent peu d’œuvres nouvelles pour l’orgue classique, les Suisses se mettent à publier des recueils passionnants, parfois dans le genre le plus français qui soit, comme les Noëls. Ainsi François Delor, co-titulaire de la Cathédrale de Genève et sans doute inspiré en 1990 (date d’origine de l’œuvre) par l’orgue Quoirin du Temple de la Fusterie, fait éditer en 1998 par la Schola Cantorum « Douze Noëls sur d’anciennes mélodies populaires » dont les thèmes lui ont été fournis par son père à la mémoire de qui le recueil est dédié.

C’est un chef d’œuvre d’élégance, de distinction, mais aussi d’invention. En effet, si les formes restent toujours inspirées des Noëls français anciens, François Delor en invente aussi des nouvelles, tout en restant dans le même esprit. De plus, il n’y a pas de difficultés techniques majeures. Voici ces douze Noëls :

  • 1 :« À la minuit de Noël : prélude sur le plein jeu » (thème en pédale d’anches),
  • 2 :« Les pastoureaux : musette et trio »,
  • 3 :« Nous étions trois bergerettes : basse de trompette et dessus de cornet »,
  • 4 :« Quand la bergère va aux champs : cromorne en taille, trio et quatuor »,
  • 5 :« Joseph, tu es bien joyeux : sur les flûtes »,
  • 6 :« Noël auxois : dialogue sur les grands jeux »,
  • 7 :« À minuit fut fait un réveil : fond d’orgue » (avec pédale de trompette),
  • 8 :« Noël provençal : tambourin, grands jeux, musette »,
  • 9 :« Bergers, écoutez la musique : cromorne ou tierce en taille »,
  • 10 :« J’entends un grand bruit : duo sur les tierces »,
  • 11 :« C’est le jour de la Noël : récit de hautbois et écho » (avec double pédale),
  • 12 :« Promptement levez vous mon voisin ! : pleins jeux » (avec pédale d’anches).

1999 – Un grandissime maître suisse : Guy BOVET

Guy Bovet, compositeur suisse éminent, connu dans le monde entier, mais malheureusement trop peu joué en France, n’est plus à présenter aux lecteurs de la « Tribune de l’Orgue » dont il est le rédacteur en chef.

La « Suite pour Souvigny » qu’il compose pour l’orgue historique de cette petite commune de l’Allier et enregistrée en 1995, a été publiée en 1999 par la Schola Cantorum. Elle contient, nous dit l’auteur, l’évocation de Monsieur François-Henri Clicquot, facteur d’orgues du Roy, l’histoire de St Mayeul et de St Odilon et des miracles qu’ils suscitèrent, ainsi que plusieurs chants du Bourbonnais, accommodés à l’Orgue Classique en général et celui de Souvigny en particulier, mais propres à être jouées sur toute belle et bonne Orgue à deux ou trois claviers .

L’Avertissement précise que cette suite s’inspire de la musique française des 17ème et 18ème siècles, mais que certaines pièces sont d’un style tout différent. L’interprète pourra décider de jouer (ou non) selon la pratique de l’époque : ornements ajoutés, rythmes inégaux, etc. Certaines choses indispensables ont été notées, mais la liberté reste grande et il n’y a rien de systématique dans la notation….. Il n’est pas nécessaire de jouer toute la suite. Il est par contre recommandé, dans le cas d’une exécution en public, de lire ou de distribuer les textes qui ont inspiré ces pièces. Ils le méritent effectivement. Même si certains pédants font la fine bouche, je maintiens que pour moi cette œuvre est un joyau de respect du passé et d’inventivité, de poésie et d’humour, d’harmonie et de diversité.

Arriver à mêler ainsi autour d’un orgue et d’une histoire légendaire, des textes poétiques ou humoristiques, les commenter par des pièces d’orgue classiques ou modernes, mais toujours évidentes et naturelles, c’est vraiment du très grand art. Fin des éloges et table des matières :

  • « grand et petit pleins-jeux, entremeslés de trompettes »,
  • « le sanctuaire féerique : fluttes »,
  • « récits de cromorne et de tierce en taille : St Mayeul et St Odilon »,
  • « le font Saint-Mayeul » (sur les petits jeux),
  • « pastourelle : voix humaine »,
  • « basse de trompette : la béquille de St Mayeul »,
  • « duo sur les tierces : le péché de Dame Ermengarde »,
  • « récit : Blanche biche »,
  • « fond d’orgue : les âmes maudites et la fête de la Toussaint »,
  • « la colonne aux monstres et le tombeau miraculeux »,
  • « Noël de Moulins » : dialogue sur les grands jeux, basse de trompette, musette, récit tendre, tambourin, final sur les grands jeux.

1986 / 2001 : Un français trop rare : Vincent PAULET

D’abord organiste et concertiste, élève de Litaize, Vincent Paulet décide ensuite de se consacrer exclusivement à l’écriture musicale qu’il apprend pendant neuf ans au CNSM de Paris et enseigne ensuite au Conservatoire de Lille.

La liste de ses compositions est déjà imposante ; trois pièces pour orgue ou orgue et chant sont manifestement orientées vers l’orgue baroque, voire pré-baroque français :

  1. un « Récit de nazard » publié chez Combre en 1986, mais que le compositeur
    très exigeant avec lui-même ne compte pas dans son catalogue officiel,
  2. une élégie publiée chez Lemoine en 1989 et intitulée « Pour en revenir à l’orgue français », cromorne en taille à deux voix alla Grigny, puis trio assez vif avec le larigot du positif et les 8’ et 2’ du grand orgue et brève conclusion rappelant le premier mouvement,
  3. une « Messe pour soprano, baryton et orgue » publiée chez Jobert en 2001, comprenant à la fois des pièces pour orgue solo et des pièces pour orgue et chant, composée pour l’orgue Renaissance – accordé au tempérament mésotonique – de l’église Notre Dame d’Étampes, mais cependant conçue pour être jouable sur des instruments au tempérament moins inégal. Il y a sept pièces pour soprano, baryton et orgue (Introït, Kyrie, Gloria, Alleluia, Sanctus, Anamnèse et Agnus Dei). La Communion est quasiment pour orgue solo, mais le baryton y chante cinq mesures. Les pièces pour orgue seul sont les suivantes :
EntréePlein jeu / fonds 8, 4 / plein jeu.
CommentaireBourdon / flûte 8’ et/ou 4’.
OffertoireFonds 8’ en alternance, puis solo 8’, Appassionato fonds 8’/4’ et anches 8’, Puis ôter des jeux ►fonds 8’.
ÉpiclèsesFonds doux 8’ ou4’.
SortieGrand jeu (3 claviers).

Des variantes en fonction du tempérament ou des claviers restreints sont proposées. Souhaitons que le catalogue des œuvres pour orgue baroque ou pré-baroque français de Vincent Paulet ne soit pas clos.

2001 – Un français injustement méconnu : Michel TRIQUE

Michel Trique est organiste à la Cathédrale de Laval, préfecture du département de la Mayenne, depuis 1957. Organiste vraiment peu commun : il a été l’un des pionniers du retour au baroque, il a donné plus de 525 concerts, il a fait construire des petits orgues démontables et transportables pour permettre à plus de 50000 enfants de découvrir l’orgue de visu, ces mêmes instruments ont aussi servi pour des concerts à 2 ou 3 orgues….

C’est également un compositeur peu connu : il en est à son opus 17 et la plupart d’entre eux comprend plusieurs pièces, mais seule sa première œuvre, une fugue, a été publiée à la Schola Cantorum à la demande de J. J. Grunenwald.. Ceux qui voudraient mieux le connaître peuvent le découvrir dans le reportage publié dans le bulletin n° 53 (Juin 2003) de l’Association des Amis de l’Orgue de Versailles.

En 2000/2001, il compose à ma demande un « Livre d’orgue dans la tradition classique française » (opus 15) destiné à l’orgue de l’église Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne où j’ai eu l’honneur de le jouer en première audition en Juin 2001. Les formes traditionnelles de la suite baroque sont respectées, mais elles sont sublimées au moins de deux façons :

  • Ce ne sont pas les tons du plain chant qui sont utilisés, mais un langage résolument plus moderne : 2ème mode à transposition limitée de Messiaen et techniques répétitives, notamment,
  • De plus, les sept pièces ne sont pas conçues pour être jouées séparément :
    chaque verset s’achève dans l’attente, dans l’appel du verset suivant, jusqu’à
    l’accord final du postlude qui proclame d’un coup toutes les notes du mode
    utilisé.

Liste des pièces constituant le Livre :

  • « prélude »,
  • « fugue »,
  • « récit de cornet »,
  • « basse et dessus de trompette »,
  • « fond d’orgue »,
  • « récit de tierce en taille »,
  • « postlude ».

On comprendra qu’en tant que dédicataire je m’abstienne de dire tout le bien que je pense de cette œuvre. Je la recommande néanmoins très chaudement.

Ceux qui veulent se procurer ce Livre d’orgue, (ainsi que ses autres œuvres), peuvent les trouver sur le présent site sous l’onglet « Partitions gratuites ».

Les œuvres de Michel Trique sont libres de droits, l’intéressé s’étant toujours refusé à adhérer à la SACEM.

1983/2002 – Un français prolifique: Jean Luc PERROT

Musicologue enseignant à Lyon et Saint Etienne, Jean Luc Perrot est titulaire des orgues historiques Callinet de Notre Dame de Saint Etienne. Il compose plusieurs œuvres pour orgue classique, qui n’ont pas été publiées, mais que l’on peut se procurer en lui écrivant à l’adresse suivante : Jean Luc PERROT, Domaine de La Rochebrune, F.42140 FONTANES.

La liste des œuvres est déjà imposante. Je commenterai celles dont je possède la partition. Les autres renseignements m’ont été communiqués par l’auteur.

  • Octobre 1983 : Variations sur un chant breton (à 2 mains),
  • Janvier 1995 : Praeludium in D (à 2 mains),
  • Août 1995 : « Suite à quatre mains dans le style français » créée par Michel Chapuis et Henri Delorme. Jean Luc Perrot souhaite à la fois y tester la capacité de l’instrument de La Chaise Dieu, lui donner un supplément de grandeur et proposer des combinaisons inédites :
    • « plein jeu »sur le positif et le grand clavier, avec pédale de trompette,
    • « grand sextuor » sur 3 claviers et la pédale,
    • « basse de trompette » à 4 claviers,
    • « tierce en taille » en hommage au pianiste Georges Cziffra,
    • « musette » à 4 claviers et pédale,
    • « grands jeux ».
  • Septembre 1996 : Miroir en écho (à 4 mains),
  • Août 1997 : « Versets alternés » (à 2 mains). Jean Luc Perrot souhaite « essayer une nouvelle forme d’alternance liturgique entre l’orgue et la foule chantante d’une église » (en l’occurrence la messe « Orbis factor ») et montrer que les orgues anciens peuvent susciter la création d’œuvres nouvelles :
    • « plain chant en taille du Kyrie »,
    • « fugue à 4 sur le chant du Christe »,
    • « dialogue de voix humaine »,
    • « plein jeu grave » pour le Gloria,
    • « dialogue sur les grands jeux » pour la fin du Gloria,
    • « plein jeu » du Sanctus,
    • « récit en dialogue et en trio » pour la fin du Sanctus,
    • « fond d’orgue grave » pour l’Agnus,
    • « récit de nazard tendrement avec le tremblant »,
    • « cromorne en taille » pour la communion.
  • Novembre 2001 : Arabesca & Quinque (à 4 mains),
  • Mai 2002 : Tryptinium (à 2 mains) proposé au concours Dom Bedos,
  • Octobre 2002 : 2ème Suite à 4 mains (commande du Canada).

CONCLUSION

Cet inventaire à la Prévert est forcément incomplet. Plusieurs pastiches ou plagiats ont été publiés aux Etats-Unis. On peut citer par exemple : 4 couplets façon Couperin ou Grigny de L. Visser sur « Les anges dans nos campagnes » (ed. Leupold) ou la « Baroque suite » avec force crescendos ou decrescendos de G. Young (ed. Willemsen). Je demande pardon d’avance aux oubliés. N’hésitez pas me contacter pour signaler les omissions.

Beaucoup d’autres œuvres du 20ème siècle peuvent évidemment être interprétées aussi sur un orgue d’esthétique baroque ou classique française. Je rappelle que mon propos ne visait qu’à répertorier celles qui m’ont paru avoir été conçues spécialement pour ces orgues baroques et classiques, même si cela n’empêche pas bien entendu de les jouer aussi sur d’autres instruments.

Merci à tous les compositeurs qui nous permettent de ne pas nous limiter aux répertoires, –même s’ils sont magnifiques -, des 17ème et 18ème siècles et qui savent encore au 21ème siècle développer, transposer, exalter les possibilités uniques en leur genre de l’orgue baroque et classique français.

Jean Claude DUVAL, titulaire de Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne (F), vérifié le 2 Septembre 2020

retour en haut

Partitions Jean-Paul Verpeaux

Jean-Paul Verpeaux est né en France, à Paris, en 1951.

Après quelques études de piano, il s’est intéressé à l’orgue et est devenu à la fois organiste liturgique et organiste d’un orchestre de variété.
Engagé à 20 ans dans l’Armée de l’Air, il a occupé différents postes d’électronicien et a joué quelques temps dans une fanfare militaire. Pendant sa carrière militaire, il a aussi écrit des traités musicaux sur les synthétiseurs et de nombreux articles de presse pour les différents magazines avec lesquels il a travaillé comme journaliste. Il a également collaboré avec quelques constructeurs d’instruments de musique français et étranger .
 
Aujourd’hui, il se consacre essentiellement à sa famille et à sa passion : la composition musicale. Ses œuvres sont assez variées puisqu’elles concernent à la fois la musique de variété, l’orgue classique, la fanfare militaire, l’orchestre d’harmonie et même la musique électroacoustique.
 
Comme matériel, J-P Verpeaux a possédé un orgue Hammond , un orgue liturgique Allegro Riha , de nombreux synthétiseurs et expandeurs (Roland, Yamaha, RSF), a construit ses propres boites à rythmes et ses propres interfaces midi. Actuellement il n’utilise pratiquement plus que son ordinateur PC, équipé de l’excellent logiciel Harmony Assistant et son piano électronique FP8 Roland.

Rappelez vous que c’est Jean-Paul Verpeaux qui a réalisé sous le nom de Sancta Magdalena l’orgue virtuel de l’église Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne.
Voyez dans le dossier « Bagnoles de l’Orne » la rubrique « Orgue virtuel ».

Jean-Paul Verpeaux consacre la majeure partie de son temps à la réalisation d’orgues virtuels et à la composition. Une bonne partie de ses oeuvres pour orgue est gratuite. Vous en trouverez l’index ci-dessous.

Le site de référence est : http://organ.monespace.net/PDF%20gratis/ . Copiez le au besoin dans votre navigateur.

La majorité de ses musiques pour orgue payantes sur son site http://organ.monespace.net/pages/102.php sont disponibles chez Lulu.com. Vous pouvez acquérir les partitions sous forme de livres imprimés ou comme fichiers PDF à télécharger . Ces fichiers sont marqués E-Book (PDF) mais sont des PDF normaux au format A4, que vous pouvez imprimer chez vous.

Retour au gratuit. Beaucoup de ses œuvres d’orgue ont été enregistrées en fichiers MP3 et sont accessibles directement ici : http://organ.monespace.net/mp3/ Rappelez vous que l’enregistrement du « Sancta Magdalena » de Bagnoles de l’Orne se trouve au N° 225 (Toi qui pars).

Mais si vous voulez des partitions gratuites de Jean Paul Verpeaux, voila de quoi vous occuper un moment.

04 Fantaisie en sol v016 Mosteles


023 Fantaisie ut mineur v 013.mosteles

045 Fugue Fmin v015 Mostoles

049 German bride march_v007

52 adagio en fa orgue Mostoles v007

090 aria Pibrac v011

106 ziegler suite adagio v007b

120 rachael s song v005

121_Toccata_funebre_LULU Moller v016

131 o how vain v004

136 via crucis I (print only) – v04

143 via crucis 08 – v06

153 trumpet marche v005

168 Prelude du Nouvel An v010 Mostoles

202 noel en re majeur v004

239 funeral march v004

240 variation I sur Ode Joie ( Mostoles ) v022-vmb

240 variation sur Ode Joie v020A

249 God bless our victims v009

254 Angelus ad virginem v009

257 Kuwait Karsilama v007

261 passacaille en trio v009

265 prelude grafhorst in D minor

269 adagio de verdun (orgue et trompette) v007

272 toccata catalona v009

285 Priere en Fa v002

900 Arrangement Binge Elisabethan v009

901 I was glad v013

Jean-Claude DUVAL – 7 novembre 2012

retour en haut

Partitions de Michel Trique

Partita op. 5, 2 orgues Thème Antiphonie Invention Canon

Partita op. 5, 2 orgues Invention Fugato

Sinfonietta op. 6 Introduction et Allegro

Sinfonietta op. 6 Sicilienne-Passacaille et Final

Passacaille op. 7

Livre d’orgue op. 8 Pièces 1, 2 & 3

Livre d’orgue op. 8 Pièces 4 & 5

Triptyque op 9. A Prélude

Triptyque op 9. B Choral

Triptyque op 9. C Fugue

5 pieces brèves op 10. I et II

5 pieces brèves op 10. III et IV

5 pieces brèves op 10. V

5 versets fugués op. 12 N° 1

5 versets fugués op. 12 N° 2

5 versets fugués op. 12 N° 3

5 versets fugués op. 12 N° 4

5 versets fugués op. 12 N° 5

Symphonie concertante op. 13 A Prélude

Symphonie concertante op. 13 B Andante

Symphonie concertante op. 13 C Toccata

Partita op. 14 sur Vater unser

Livre d’orgue op. 15 Pièces 1 à 4

Livre d’orgue op. 15 Pièces 5 à 7

12 préludes op. 16 Virginia & Johanna

12 préludes op. 16 Angelica & Nina

12 préludes op. 16 Eva & Barbara

12 préludes op. 16 Martha & Marina

12 préludes op. 16 Clara & Teresa

12 préludes op. 16 Diana & Laetitia

retour en haut

Partitions Stanislas Roncin

Des oeuvres de Stanislas Roncin, seul un recueil « Pour vivre heureux » (éditions Goyatton 01500 Amberieu) a été déclaré à la SACEM. Ses autres oeuvres sont donc libres de droits :

La gaité française – Roncin

Le Choral du Jubilé – Roncin

Teresia – Roncin

Célébrons le Seigneur – Roncin

Pour le peuple et les petits – Roncin

retour en haut