Mentions Légales

Éditeur
Jean-Claude Duval , 61140 Juvigny sous Andaine

Responsable du site
Françoise Duval

Hébergement

Ce site est hébergé par WordPress

Déclaration – Protection des données

Ce site est dispensé de déclaration à la CNIL en vertu de la délibération n° 2010-229 du 10 juin 2010 dispensant de déclaration les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre par des organismes à but non lucratif.

Aucune information personnelle n’est collectée à votre insu.
Aucune information personnelle n’est cédée à des tiers.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données personnelles vous concernant. Si vous souhaitez exercer ce droit, contactez le responsable du site :

Droit d’auteur – Copyright

L’ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques.

La reproduction de tout ou partie de ce site est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication.
La reproduction de citations d’extraits des textes de ce site est autorisée sous réserve qu’ils ne subissent ni modification ni altération d’aucune sorte, et que la source « Jean Claude Duval – Organiste » figure de manière claire et lisible.
Pour d’autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site :

Toutes les partitions, photos et illustrations figurant sur ce site sont soit libres de droits soit publiées avec l’autorisation expresse de leur auteur. Si toutefois vous êtes l’auteur d’une photo, image ou vidéo publiée sans votre autorisation, veuillez contacter le responsable du site :

Crédits photos

Orgues nouvelles

https://orgues-nouvelles.weebly.com/

Sous l’impulsion de Georges Guillard, membre fondateur, et de Rémy Fombon, directeur, la revue « Orgues Nouvelles » se définit ainsi :

« Fondée en 2008, la revue Orgues nouvelles affiche trois ambitions :

  • Orgues : toucher les organistes, tous les organistes, et tous ceux qui de près ou de loin travaillent à l’avenir de cet instrument prestigieux et menacé.
  • Nouvelles : collecter et diffuser toutes nouvelles concernant l’orgue, sa musique, ses musiciens ; informer, former, réagir ; magnifier son répertoire cultuel, mais aussi réhabiliter, revivifier et imposer sa place dans le concert instrumental profane.
  • Ainsi Orgues Nouvelles mettra en valeur sa très forte identité européenne sur les plans patrimoniaux, musicaux et socio-culturels. Elle paraît quatre fois par an, en janvier, avril, juillet et octobre, et comprend 52 pages en couleurs, un cahier de partitions de 16 pages et un CD mixte (audio et cédérom). C’est assez dire qu’il y a de la place pour la Musique, et pour des articles « de fond » sur la pédagogie et le métier de l’organiste, le patrimoine et la facture d’orgue, mais aussi une ouverture européenne, des entretiens…  »

Les sommaires des numéros parus figurent sur le site. Un bulletin d’abonnement ou de réabonnement est envoyé avec chaque numéro.

retour en haut

L’orgue

https://symetrie.com/fr/titres/l-orgue

La « Revue l’Orgue », Directeur éditorial : François Sabatier, se présente ainsi : « L’Orgue est une revue savante trimestrielle consacrée à l’instrument (facture, œuvres, interprètes…). Chaque numéro comprend un dossier principal thématique et une chronique des parutions de livres, disques et partitions.

L’Association des amis de l’orgue a été fondée en 1927 par Bérenger de Miramon Fitz-James (1875-1952) et Norbert Dufourcq (1904-1990). Un des moyens retenus pour la promotion de l’orgue fut la publication d’un bulletin, puis de Cahiers et mémoires plus thématiques à partir de 1969. En 1997 la revue L’Orgue abandonne la présentation en cahier agrafé pour un brochage permettant des numéros plus épais, et devient thématique pour chaque numéro trimestriel.

Vous pouvez consulter la liste ci-dessous des numéros parus et leur sommaire, ou bien utiliser la boîte de recherche pour chercher par mot-clé. Pour les adhésions à l’association comme pour les abonnements professionnels à la revue (bibliothèques, diffuseurs), merci de contacter l’Association des Amis de l’orgue, 178 rue Legendre, 75017 Paris – FRANCE. Symétrie assure la vente au numéro. »

retour en haut

Le plain chant du Magnificat de Geoffroy

Article publié dans le n°60 – Janvier 2007 du Bulletin des Amis de l’orgue de Versailles

magnificat du 1er ton attribue à j.N. GEOFFROY

Proposition de plain chant

Les spécialistes, et notamment les davecinistes qui ne voient aucune comparaison possible avec le Livre de clavecin dont il est l’auteur, considèrent que le « Livre d’Orgue attribué à Jean-Nicolas GEOFFROY » (1633 – 1694) n’est certainement pas de lui, mais plutôt l’oeuvre anonyme d’un disciple ou d’un proche de Guillaume Gabriel NIVERS (1632 – 1714).

Même anonyme, ce Livre d’Orgue n’en présente pas moins un intérêt considérable dans la mesure où des versets à chanter y figurent dans le psaume « Memento, Domine, David » et pour le « Magnificat du 1er ton ».

Mais ces deux cas paraissent de nature différente, ne serait-ce qu’en raison de leur tessiture. Autant le « Memento » évoque bien l’hypothèse d’un plain-chant harmonisé, autant le « Magnificat » semble plutôt correspondre à la réalisation d’un continuo dont le plain-chant n’est pas noté sur la partition.

Si l’évolution obligée de la teneur du plain chant manquant évoque bien d’emblée le ton « pérégrin », celui proposé par l’édition vaticane ne convient pas. Après la médiante, la mélodie repart sur un « sol » incompatible avec un accord de fa majeur.

Ton pérégrin de l’édition vaticane

Les traités du 18ème siècle proposent d’autres versions (même si la mélodie est peut-être beaucoup plus ancienne). A ma connaissance, aucune de correspond très exactement aux continuos du pseudo Geoffroy, bien que la parenté soit évidente.

En voici trois exemples :

« In exitu » de Hardouin (Reims – 1760)
« Magnificat » de Oudoux (Paris – 1776)
« Laudate Dominum » de Lebeuf (Paris – 1741)

Il existe par contre une autre hypothèse que je n’as entendue proposée jusqu’ici. Il s’agit du « Magnificat » allemand, d’auteur anonyme, tel qu’il fut utilisé par Bach dans sa Cantate 10, le verset 10 de son Magnificat BWV 733.

Soit directement, soit au prix de quelques extrapolations, cette mélodie peut être décalquée (ou développée, si nécessaire) dans les versets chantés du pseudo Geoffroy et s’adapte sans grande difficulté aux continuos correspondants.

Pourquoi un verset sur deux suit-il d’assez près la mélodie du « Magnificat » allemand tandis que les autres se prêtent à des répétitions et à des développements ? On peut se demander s’il n’y avait pas en l’occurrence alternance entres chantres habitués à une mélodie traditionnelle et un chœur plus apte à s’adapter à un plain-chant musical légèrement plus varié. Pure hypothèse !

Pourquoi ce thème, s’il est bien d’origine allemand, aurait-il été utilisé en France ? D’un côté, il y avait beaucoup de différences entre les plains-chants suivant les régions françaises et on est loin de les connaître tous. D’un autre côté, on sait qu’à cette époque plusieurs musiciens allemands sont venus travaillés en France. Peut-être l’un d’eux l’aurait-il fait avec Nivers ?

Quoiqu’il en soit, l’hypothèse que je formule ma parait assez intéressante du point de vue musical. De plus, ce plain chant reconstitué et les continuos du supposé Geoffroy peuvent être utilisés en alternance avec les versets d’orgue pour tous les Magnificat du 1er ton de l’époque baroque française qui ne citent pas d’autres plains chants.

Jean-Claude DUVAL, Organiste titulaire de l’église de Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne (F – 61140)

N.B. Cette version chantée du Magnificat du 1er ton attribué à J. N. Geoffroy a été enregistré avec ses versets d’orgue sur un CD de découverte de l’orgue de l’église de Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne. S’adresser à Jean-Claude DUVAL :

Addenda du 1er janvier 2012

Coordonnées du Bulletin d’information de l’Association « Les Amis de l’Orgue de Versailles et de sa Région »

retour en haut

Un hymne incontestablement œcuménique

Il est des chants dont les religions chrétiennes se revendiquent la paternité. C’est en principe un signe de qualité. En voici, me semble-t-il, le plus symptomatique.

Commençons par la version française, la plus connue chez nous. La France n’en n’a pas fait un usage ancien, du moins à ma connaissance. Mais c’est la version évidemment la plus connue chez nous. Il s’agit du chant « Nous chanterons pour Toi, Seigneur ».

Ed. Fleurus

Le classement à la lettre K des « Chants notés » le destine aux thèmes de la Pentecôte, du Saint Esprit et du mystère de l’Église. Mais les 15 couplets sont prévus pour le dessein de Dieu, le salut de Jésus Christ, l’unité des hommes, l’Eucharistie, la mission et aussi pour servir de doxologie.

Voilà pour la version utilisée actuellement par les catholiques. Mais l’origine du chant est ancienne. On le trouve en effet :

  • Dans le recueil « Souter Liederkens » d’Anvers en 1540,
  • Dans le Psautier Genevois de Marot et de Bèze en 1551,
  • Dans une édition de Daye en Angleterre en 1560-1561,
  • Dans une édition allemande de Eichhorn postérieure à 1561.

Commençons par l’édition anglaise.

Ed. Kevin Mayhew

Le titre de « Old Hundreth » vient du fait que la musique a été écrite sur le centième psaume dans l’ancienne version des psaumes métriques de Sternhold et Hopkins.

En 1953, pour le couronnement de la reine Elisabeth II, le célèbre compositeur Vaughan Williams en fit un arrangement pour chœur, assemblée, orchestre, orgue et « toutes les trompettes disponibles ».

Utilisation anglicane de cet air.

Version calviniste maintenant. C’est le psaume 134 du recueil des « Psaumes en vers français avec leurs mélodies » de Clément Marot et Théodore de Bèze.

Ed. Droz

C’est un psaume très court qui ne comporte que trois couplets. Il admoneste les lévites de faire leur devoir et les assure de la faveur de Dieu.

La version luthérienne est la traduction de l’hymne « Dicimus grates tibi summe rerum » (Nous Te rendons grâces pour le maximum de choses). Bach ne l’utilisera que deux fois dans toute son œuvre.

Ed. Breitkopf

Des comparaisons seront intéressantes à faire entre les métriques. Les différences ne sont pas seulement visibles en fonction des mesures indiquées à la clé. Les durées des notes et les appuis rythmiques sont réellement différents.

Mais ce sera un travail ultérieur.

Jean Claude Duval – 23 Avril 2014

retour en haut

Un Noël de Sainte Madeleine ?

Connaissez-vous un « Noël » qui ne parle ni de la crèche, ni du petit Jésus, ni des anges, ni de Marie ? … mais de Sainte Madeleine. Le titulaire de l’orgue de l’église Sainte Madeleine de Bagnoles de l’Orne ne peut pas rester insensible à la chose.

Voici le premier couplet de ce « Noël » tel qu’il figure, avec sa basse continue ,dans le recueil des « Chants des Noëls anciens et nouveaux » publié à Paris par Christophe Ballard en 1703.

Si vous avez lu ce premier couplet, vous n’avez peut-être rien remarqué de particulier. Dès le 2ème, on vous prévient : « Oyez de la Madelaine Le beau chant ». C’est « La Conversion de Sainte Madelaine »

Voici le texte complet de ce « Noël », texte extrait pour des raisons de meilleure lisibilité d’un recueil publié à Nantes en 1876 de « Vieux Noëls composés en l’honneur de la Naissance de Notre-Seigneur Jésus Christ ». Les couplets sont à lire de haut en bas et de gauche à droite.

Les organistes sont nombreux à avoir écrit une ou plusieurs variations sur le thème de ce « Noël ».

Par ordre chronologique :

  • Nicolas GIGAULT (1627 – 1707) : « Livre de musique dédié à la Très Sainte Vierge Marie contenant les cantiques qui se chantent en l’honneur de son divin enfantement – 2ème partie » partie »
  • André RAISON (1645 – 1719) : « Deuxième Livre d’orgue »
  • Michel Richard de LALANDE (1657 – 1726) : « Noëls en trio – 1er Livre »
  • Pierre DANDRIEU (1664 – 1733) : « Livre de Noëls variés, n° 18 »
  • Jean-François DANDRIEU (1681 – 1738) : « Livre de Noëls pour l’orgue et le clavecin »
  • Michel CORRETTE (1707 – 1795) : « Suite II, 1er Noël »
  • Guillaume LASCEUX (1740 – 1831) : « Tous les offices de l’année (??) »
  • Alexandre Pierre François BOËLY (1785 – 1858) : op 42 posthume n° 4 1858
  • Alexis CHAUVET (1837 – 1871) : « Offertoire pour le Dimanche entre la Circoncision et l’Épiphanie ».

Ajoutons pour être le moins incomplet possible que Claude BALBASTRE (1724 -1799) a composé des variations sur le thème musical de ce même « Noël ». C’est le 3ème Noël de sa 2ème Suite. Mais les paroles sont tout à fait différentes. Intitulé « Joseph revenant un jour », le texte décrit le « voyage de Joseph et Marie à Bethléem ». On est revenu là dans la catégorie des « Noëls » traditionnels.

Jean Claude Duval – 12 Décembre 2012

retour en haut

Les tempi des chorals de l’Orgelbüchlein de Jean Sébastien Bach

Je pars du principe que lorsque Bach composait ses préludes de chorals de l’Orgelbüchlein, il avait forcément en tête le tempo des dits chorals chantés par le chœur. C’est pourquoi j’ai l’intention d’étudier ici les relations de tempo entre les chorals chantés et les préludes joués à l’orgue.

Pour ce faire, j’utiliserai le recueil publié par Bärenreiter des dits chorals harmonisés pour le chant à quatre voix et le cas échéant transposés dans la tonalité du choral pour orgue.

Bien entendu, j’écouterai les enregistrements existant des chorals de l’Orgelbüchlein joués à l’orgue en alternance avec les mêmes chorals chantés par un chœur.

A titre de publicité entièrement gratuite, je ne suis pas insensible à l’intérêt des deux CD enregistrés en leur temps par Helga Schauerte.

Mais il existe beaucoup d’autres enregistrements comparables et je ne veux pas faire tort à leur valeureux interprètes.

Les indications du « Guide de la Musique d’Orgue » publié chez Fayard sous la direction de Gilles Cantagrel dans la collection des « Indispensables de la Musique » seront également précieuses. Elles donnent, comme le livret des CD ci-dessus, la traduction en français du texte des chorals, mais aussi des éléments d’analyse musicale et les durées d’exécution généralement admises en France.

Il faut également mentionner aussi le livre de Jacques Chailley publié chez Leduc sur « Les chorals pour orgue » de J.-S. Bach, qui reste en la matière le livre de référence.

Le seul ajout que j’ambitionne d’apporter à ces ouvrages est celui de l’étude méthodique des relations entre les tempi des chorals chantés par un chœur et ceux des chorals joués à l’orgue.

Étant donné le nombre des chorals concernés (45), ceci n’est pas une petite affaire.

Jean Claude Duval – 16 décembre 2012

retour en haut

L’orgue baroque français et la danse

J’ai toujours été frappé que dans l’enseignement de la musique d’orgue baroque française on insiste très peu sur une recommandation qui me parait essentielle et qui est formulée de façon très claire par André Raison dans son « Livre d’orgue » de 1688.

Livre d’orgue

Contenant Cinq Messes Suffisantes Pour tous les Tons de l’Eglise ou Quinze Magnificats pour ceux qui n’ont pas besoin de Messe avec des Elevations toutes particulières. Ensuite des Benedictus : Et une Offerte en action de Grace pour l’heureuse Convalescence Du Roy en 1687. Laquelle se peut aussi toucher sur le Claveçin.

Au Lecteur :

Il faut observer le Signe de la Pièce que vous touchez et considérer si il a du rapport à une Sarabande, Gigue, Gavotte, Bourrée, Canaris, Passacaille et Chacone, mouvement de Forgeron et y donner le mesme air que vous lui donneriez Sur le Claveçin. Excepté qu’il faut donner la cadence un peu plus lente à cause de la Sainteté du Lieu.

Il est vrai que la plupart des organistes actuels, s’ils savent heureusement reconnaître les signes de mesure (sans pour autant faire la correspondance avec les différentes sortes de danses), sont certainement bien peu nombreux à identifier plus de 3 ou 4 sortes de danses baroques.

Force est alors de se reporter aux traités de l’époque et, par exemple, aux « Caractères de la Dance » de Rebel.

On trouve dans cet ouvrage les exemples des principales danses de l’époque « Prélude, Courante, Menuet, Bourée, Chaconne, Sarabande, Gigue, Rigaudon, Passepied, Gavotte, Sonate, Loure, Musette ».

Bien plus tard, en 1777, Johann Philipp Kirnberger, brillant élève de Jean Sébastien Bach, publie un « Recueil d’Airs de danse Caractéristiques » dans la préface duquel il indique : « Pour acquérir les caractéristiques indispensables à un bon style d’exécution, le musicien ne peut faire mieux que d’étudier assidûment toutes sortes de danses caractéristiques ».

L’ouvrage comprend une suite enchaînée de 26 danses dont la plupart sont bien connues, mais dont certaines sont plus nouvelles : Polonaise, Souabe, Cosack, …

Il existe certainement dans le commerce et/ou sur Internet des vidéos ou des enregistrements musicaux de ces suites de Rebel et Kirnberger.

L’autre versant du problème est celui de l’équivalence entre les signes de mesure et les danses. Là aussi au moins deux traités anciens viennent à notre secours en nous donnant les correspondances habituelles entre tel signe de mesure et tel type de danse.

Tout d’abord « L’art de Préluder sur la Flûte Traversière » de Hotteterre.

Prenons l’exemple de la « Mesure à 2 temps ».

On lit dans cet ouvrage : « Cette mesure se marque par un 2 simple. Elle est composée de 2 blanches ou de l’équivalent; elle se bat à 2 temps égaux. Elle est ordinairement vive et piquée. On l’employe dans le début des Ouvertures d’Opéra, dans les Entrées de Ballet, les marches, les bourées, gavottes, rigaudons, branles, cotillons etc … Les croches y sont pointées. »

Autre exemple d’ouvrage renseignant sur la concordance entre les signes de mesure et les sortes de danse : « L’école d’Orphée » composée par Michel Corrette en 1738.

Outre les indications figurant sur la page titre (voir ci-après), l’ouvrage comporte des leçons pour apprendre à jouer du violon dans le goût français, d’une part, et dans le goût italien, d’autre part.

Poursuivons l’exemple de la mesure à deux temps. On lit au « Chapitre IV. Explication des mouvements à quel genre de pièces ils servent ».

« Le deux tems marqué par un 2 sert aux Rigaudons, Branles, Bourées, Gaillardes, Villageoises, Cotillons, Gavottes, etc … Il faut passer la deuxième croche plus viste ».

A partir de toutes ces sources d’information, il doit être possible d’identifier dans les suites baroques pour orgue à quel type de danse se rattache chaque verset, en tout cas ceux qui ne sont pas de facture purement instrumentale.

C’est ce que j’ai l’intention de prendre le temps de faire avec les deux Suites du Livre d’orgue de Louis Nicolas Clérambault.

Si j’y parviens, le mérite ne sera pas immense. Clérambault fut l’élève d’André Raison et le remplaça en 1719 à l’orgue des Jacobins de la rue Saint Jacques.

Jean Claude Duval – 16 décembre 2012

retour en haut

Quelques traités anciens

Internet met aujourd’hui à notre disposition beaucoup de livres anciens qui intéressent les chercheurs dans le domaine qui leur est cher.
Je me propose de facilter votre recherche éventuelle en matière d’orgue (avec en plus deux tables récentes), de chant grégorien et de Noëls.
Dernière mise à jour 19 Novembre 2013.

Traités et tables sur l’orgue

L’Art de toucher le clavecin – François Couperin – 1716

Dissertation sur les différentes méthodes d’accompagnement – Rameau 1732
(Téléchargement / Impression libres)

Essai sur la véritable manière de jouer du clavier K P E Bach Vol 1 – 1753

L’art du facteur d’orgues – D. Bedos de Celles – 1766-1778 – EXTRAITS EN COURS

L’orgue, sa connaissance, son administration et son jeu – Régnier 1850
(Livre numérique gratuit)

Nouveau manuel complet de l’organiste praticien – Schmitt 1855
(Livre numérique gratuit)

La facture d’orgue au 16 ème siècle – Planté 1889
(Téléchargement / Impression libres)

Encyclopédie Roret – Nouveau manuel complet du facteur d’orgues – 1903
(Téléchargement / Impression libres)

Esthétique de l’orgue – Jean Huré 1923

Tables de registrations pour la musique d’orgue française du 16 ème au 18 ème siècles– Lopes 2013

Pour un historique des doigtés anciens – Ferran 2011

Traités anciens sur le grégorien

Dissertation sur le chant grégorien – Nivers 1683

Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique – Lebeuf 1741    
(Livre numérique gratuit)

Traité théorique et pratique du Plain-Chant appelé grégorien – Poisson 1750
(Livre numérique gratuit)

Méthode nouvelle pour apprendre parfaitement le plain chant – de La Feillée 1775
(Livre numérique gratuit)

Méthode nouvelle pour apprendre facilement le plain chant – Oudoux 1776
(Livre numérique gratuit)

Méthode élémentaire de Plain Chant à l’usage des séminaires, des chantres et organistes – Fétis 1843
(Livre numérique gratuit)

Les vrais principes du chant grégorien – Janssen 1845 
(Livre numérique gratuit)

La science et la pratique du plain chant – de Jumilhac 1847
(Livre numérique gratuit)

Etudes sur la restauration du chant grégorien au 19 ème siècle – Nisard 1856
(Téléchargement et Impression libres)

Bibles de Noëls

La Grand Bible des Noëls – Lyon, Rigaud, 1550
(Téléchargement / Impression libres)

La Grande Bible de Noëls – Paris, Oudot, 1699
(Téléchargement / Impression libres)

La Belle Bible des cantiques de la naissance – Troyes, Oudot, 1723
(Téléchargement / Impression libres)

Noei borguignon de Gui Barôzai – An Bregogne, 1738
(Livre numérique gratuit – Télécharger PDF)

Recueil des Noëls de Nicolas Saboly – Avignon, 1855 ou 1856
(Téléchargement / Impression libres)

La grande Bible renouvelée des Noëls anciens et cantiques spirituels – Ribault de Laugardière 1857
(Téléchargement / Impression libres)

Noëls bourguignons de Bernard de la Monnoye – [Guy Barôzai] – (avec traduction française) – Paris 1858
(Téléchargement / Impression libres)

retour en haut

La tribune de l’Orgue

Il existe une revue suisse qui s’appelle « La Tribune de l’Orgue » et qui à mes yeux présente le plus grand intérêt. Malheureusement, elle me paraît complètement méconnue en France. Je voudrais donc vous en parler et essayer de vous convaincre qu’il y a dans ses numéros successifs une mine d’or où brillent souvent des pépites alléchantes, égayées parfois d’un humour helvète que pour ma part j’apprécie bien.

Mais chauvinisme, et quelque part, politesse obligent, je ne peux m’abstenir de vous rappeler au préalable l’existence de revues françaises qui ont aussi leur intérêt. Pardonnez-moi de n’en citer que deux : « L’orgue » et « Orgues nouvelles ». Il n’y a pas concurrence entre ces différentes revues, mais complémentarité. De plus les françaises sont très directement accessibles et ne nécessitent pas davantage d’informations que n’en donnent leurs sites bien complets, alors que « La Tribune de l’Orgue » devrait, à mon sens, être mieux connue.

http://tribune.orgue.ch/

Voici ce qu’écrit la revue « La Tribune de l’Orgue » sur son site :

« Notre revue est écrite par le concertiste de renommée internationale, Guy Bovet de Neuchâtel. Elle est publiée à plus de 750 exemplaires et est diffusée dans le monde entier, principalement en Suisse où elle compte plus de 600 abonnés. Les thèmes de nos textes sont, entre autres :

  • Orgues anciennes ou restaurées
  • Orgues nouvelles
  • Histoire de l’orgue
  • Avenir de l’orgue
  • Historique des compositeurs contemporains ou anciens
  • Interprétation pour des pièces d’orgues
  • La musique religieuse
  • Des rubriques : nous avons lu, reçu, entendu
  • Des annonces : cours, concours, académies…
  • et les inoubliables voyages de Philéas Fogg, etc. …

Tous les artisans de cette revue (pour la publicité, l’administration, le secrétariat, sans oublier notre rédacteur en chef), travaillent bénévolement ainsi nous pouvons, grâce à votre participation et celle de nos annonceurs (les manufactures d’orgues de notre pays) vous offrir une revue variée contenant beaucoup d’illustrations et une couverture en couleur au format A4. Notre revue compte environ 60 pages, et paraît à la fin de chaque trimestre depuis maintenant 58 ans. »

Les parutions de la revue sont numérotées par ordre d’année et de trimestre de publication. Ainsi le dernier numéro reçu à ce jour (Mars 2013) est numéroté 65/1. Cela signifie qu’il s’agit du numéro publié le 1er trimestre de la 65ème année d’existence de la revue. Le site ci-dessus comporte des informations très intéressantes par exemple sur l’historique de la revue; il s’arrête actuellement à la 50ème année. Mais il ne permet malheureusement pas de faire défiler les numéros parus et leurs sommaires. La table des matières du site mentionne les sujets abordés mais ne renvoie pas au(x) numéro(s) concernés, ce qui oblige à contacter l’administration pour que l’article espéré soit recherché et retrouvé. Par contre, le problème du paiement de France en francs suisses, si vous n’avez pas de compte en ce pays ☺ , est résolu grâce au truchement en € d’une Association française.

A ceux qui ne connaissent pas cette revue et aimeraient la découvrir, je recommanderais déjà (de façon intéressée uniquement du point de vue musical, cela va sans dire) de se procurer la table des matières complète des articles parus les 50 premières années. Cette table porte le n° 51/0 (1999). Son intérêt est d’indiquer pour chaque article le (ou les) n° s de la revue à commander.

Je récapitule dans le tableau suivant les principaux articles que j’ai moi-même commandés et dont je n’ai jamais vu l’équivalent ailleurs, tout au moins pour la plupart.

Rubrique Articles commandésN°s de la revue
InterprétationCorrections à apporter à l’édition Kastner de Correa de Arauxo 49/3, 49/4, 50/1, 50/2, 50/3, 50/4
ImprovisationDe la registration de Franck spécialement pour les accouplements45/4, 46/1, 46/2, 46/3, 46/4, 47/1
Notation Essai sur les règles d’interprétation de la musique espagnole30/3, 31/1, 31/2, 31/4
Répertoire La calculation du sentiment dans le choral en la min de Franck 47/4, 48/1, 48/2, 48/3, 48/4
Les doigtés anciens 33/3, 33/4, 34/1
Propos sur l’inégalité 17/1, 17/2, 17/3, 17/4, 17/5, 18/2
Traduction des notes des tientos … de Correa de Arauxo 43/2, 43/3, 43/4, 44/1
Un quart d’heure d’improvisation du n° 49/4 à nos jours
Une traduction intégrale de la préface et des remarques de Correa de Arauxo 37/1, 37/2, 38/1, 38/2, 38/3, 39/1,
39/3, 40/1, 40/4, 41/1, 41/4, 42/1

Je possède en tout plus de 150 numéros de la revue. Je ne peux donc pas vous dire tous les articles intéressants qu’ils contiennent. Je vous indique cependant que la table des matières que j’évoque ici comporte aussi les rubriques suivantes :

RubriquesNombre de pages
Éditoriaux, Voyages, Liturgie et Théologie, Comptes-rendus, Associations diverses, Calendriers, Nécrologies, Historique de la revue, Musées, Divers 1 page chacune
Facteurs, facture, esthétique et problèmes sur l’orgue 3 et 1/2
Musiciens 2
Orgues nouvelles, restaurées, anciennes … 7
Annonces de manifestations : cours, concours, congrès, académies, expositions … 4
Association des organistes romands 2
Calendriers, disques, livres, partitions 17
Humour noir, rose, rosse … 2
Photographies et compositions d’orgues 19
Photographies de personnalités 1 et 1/2
Dessins, plans, caricatures, photos diverses … 2
Revue des revues 5

Quant aux numéros parus depuis la 51ème année, je peux déjà vous citer à titre d’exemple le sommaire du dernier, le 65/1 :

  • Éditorial
  • Les transcriptions pour orgue de « L’estro Armonico » de Vivaldi (article traduit du néerlandais par G. Bovet)
  • De l’Orage à Fribourg (la partition de Vogt/Haas ne précise pas la registration à utiliser; cette absence est réparée par G. Bovet)
  • La quart d’heure d’improvisation avec E. Le Divellec
  • Une version élaborée par E. Voeffray du « Canon » de Pachelbel
  • Un joli conte du Gros-de-Vaud
  • Les voyages de M. Philéas Fogg (alias G. Bovet)
  • Personnalités : Marie Claire Alain (décédée le 26-2-2013) et les 100 ans de Pierre Segond, par G. Bovet
  • Réalisations facture Kuhn SA
  • Disques, Partitions, Livres, Divers, Courrier, Revue de presse, Cours, Concours, Congrès et Académies.

Passant rapidement en revue les sommaires des numéros de la 51ème à la 64ème année, je relève quelques articles qui m’ont particulièrement intéressé en demandant pardon aux auteurs que j’ai forcément oubliés.

  • 52/1 Diabolus in organo (accessoires humoristiques)
  • 52/1, 52/2 et 52/3 Position des orgues dans les églises
  • 52/4 L’assistance à la traction mécanique
  • 59/3 et 59/4 Registrations françaises du classicisme
  • à la Révolution
  • 60/1 et 60/2 L’orgue du Britannic Seewen et ses rouleaux
  • 53/3 et 53/4 La faune des orgues
  • 53/4, 54/1, 54/2 et 54/3 L’orgue d’Albert Alain
  • 54/1, 54/2 et 54/4 Répertoire de l’organiste liturgique
  • 53/4 et 54/1 La tradition hollandaise de l’improvisation
  • 54/4 Registration du répertoire nord allemand
  • 55/2 La flore des orgues
  • 57/2 Le monde sonore de l’orgue classique italien
  • 57/3, 57/4 et 58/1 Berlioz et l’orgue : une réhabilitation ?
  • 57/4 Le tempérament de Bach ?
  • 58/1 Les 6 orgues de la Basilique de Mafra
  • 58/3 Un itinéraire espagnol
  • 59/2, 59/3, 59/4, 60/1 et 60/2 Le tempérament inspirateur
  • de philosophes et d’écrivains
  • 60/3 L’orgue romain d’Avenches / Aventicum
  • 60/3, 60/4 et 64/4 Jules Verne : M. Ré# et Melle Mib
  • 60/3 Problèmes de notation et transcription
  • dans Correa de Arauxo
  • 61/1 Aspects de la musique symphonique française
  • 61/1 Compositeurs allemands néo-classiques
  • 61/4, 62/1 et 62/2 Bach et les 16 pieds
  • 62/1 Le voyage en Italie du musée suisse de l’orgue
  • 62/4 Au pays basque espagnol avec le musée
  • 63/1 Le Mexique revisité
  • 63/4 Mozart et l’orgue
  • 63/3, 64/1 et 64/2 Faire un orgue

Dans tous les numéros, on retrouve les voyages de Philéas Fogg (G. Bovet) et le ¼ d’heure d’improvisation (E. Le Divellec). Dans de trop rares numéros, quelque iconoclaste impénitent a publié des parodies de cantiques :

  • 54/3 : un pastiche « Trouver un plombier le Dimanche » (au lieu de « Trouver dans ma vie ta présence » – Schoking!)
  • 55/1 : un véritable cantique ancien « L’encens divin »,
  • 59/2 : des nouveaux cantiques  » Fais jaillir ton é, fais jaillir », « Tout l’univers est tout nu l’hiver »,
  • « Amen » (antiphonaire de St Etienne),  » La brebis s’était é, la brebis », « Chantez, chantez, chantez au Seigneur ».
  • 59/4 : à la demande générale, encore des nouveaux cantiques « Dans les verts pâturages, je me meus », « Notre Père »,
  • « Au haut, au haut de la montagne sainte », « Par ce pain » (chant de communion), « Dieu est unique, Dieu est unique ».
  • L’humour réside dans les paroles, dans la musique et/ou dans le décalage entre les paroles et la musique.
  • Mais ne craignez pas, cela ne prend qu’une ou deux pages par numéro cité.

Et la finance dans tout ça ?

Tout est évidemment expliqué sur le site de la revue.
Je résume pour le cas de la Suisse et de la zone Euro (parité actuelle : 1 CHF = 0,8054 €).

  • Abonnement annuel 2013 [65ème année] (4 parutions de 60 pages) : 50 CHF.
  • Table des matières des 50 premières années (1948 – 1998) [ 1ère à 50ème année] N° spécial 51/0 (88 pages format A4) : 18 CHF.
  • Photocopies des premières années (1948 – 1965) [ 1ère à 17ème année] A partir d’originaux anciens, la collection complète : 300 CHF + port, Collection partielle : faire demande.
  • Vente de N° s format A5 des années 1965 – 1998 [17ème à 50ème année] Tarif dégressif de 8 à 4 CHF le N° suivant le nombre de N° s .
  • Collection complète des années 1966 – 1998 [18ème à 50ème année] 550 CHF + port.
  • Vente de N° s format A4 à partir de l’année 1999 [51ème année et suivantes] Numéros isolés : 14 CHF. Années complètes : 50 CHF.

Ces informations sont données à titre indicatif. Seules font foi celles mentionnées sur le site de la TdLO ou communiquées par son administration.

Jean Claude Duval – 2 Juin 2013

retour en haut